Les minis dossiers de Mimile

Du tachisme au pointillisme

L'armée française pense à troquer les motifs trop voyants de ses treillis dont les teintes sont inspirées des couleurs de la forêt de Fontainebleau pour des petits points multicolores moins repérables. "Les gros motifs sont efficaces à une distance de 80 à 300 mètres, alors que les petits permettent un camouflage à partir de 50 mètres" , confirme un expert. "Ce qui compte, c'est d'être, ­de l'infrarouge jusqu'à l'ultraviolet, sur la même courbe de fréquence que la chlorophylle". L'idée, c'est donc bien que, de loin, le soldat ressemble à une plante verte. Va pour les petits points, mais comment alors les disposer sur le tissu ? «Nous avons trouvé la solution au cinquième essai. Dans une version précédente, de loin on distinguait une forme qui ressemblait à une sorte de gros papillon.» Pas bon du tout, les gros papillons, lorsqu'on veut rester discret ! Aujourd'hui, les experts semblent satisfaits de leurs résultats. Mais que vont en penser les militaires et leurs chefs ? Car si on se camoufle, on se camoufle d'abord français. "Un uniforme est un signe distinctif qui correspond à un besoin identitaire. Sur le terrain, on doit pouvoir reconnaître un soldat français au premier coup d'oeil", note un officier...Alors comment faire? 

Extrait de l'article de Jean-Dominique Merchet dans Libé du 28/4: La fin des taches

La solution de Mimile

...Pourtant simple, monsieur l'officier. Si on ne veut pas que nos soldats ressemblent à des coccinelles ou à des paquets de chewing-gum, il suffit de rajouter à la nouvelle tenue de camouflage-plante verte quelques menus accessoires distinctifs...

bananier1cocotier1